URGENT // Le campement d’Urrugne, qui devait plier mardi 27, pourrait se vider plus tôt que prévu. Les autorités mettent une pression sévère sur les orgas de la plateforme du contre-sommet pour écourter leur présence. Pas plus d’infos pour l’instant sur les raisons de cette décision.

C’est parti pour une troisième journée d’actions et de mobilisation de ce contre-sommet.

Après l’annulation des actions prévues de longue date pour ce dimanche, plusieurs (timides) initiatives spontanées ont été signalées.

Vers 13h, un rendez-vous avait été donné sur un parking de la zone commerciale de Bidart (environ 15km au sud sur la route de Hendaye) pour une marche vers Biarritz. A 13h30 une nasse s’est formée sur le lieu, des dizaines de personnes étaient bloquées pour une vérification d’identité, les FDO étaient là en nombre (en gros 17 fourgons de GM repérés par de nombreux témoins).

Des observateurs d’ONG comme Amnesty International, qui étaient en retrait du rassemblement, ont été forcés à intégrer la nasse. Une brigade sinophile est sur les rangs pour repérer d’éventuelles substances interdites… Il se peut que des personne se soient faites interpeller juste avant la nasse — appelez le collectif antirep. Vers 16h30, les personnes retenues ont apparemment été libérées (avec des interpellations, cf plus bas).

Bidart, 14h

En début d’après midi, en soutien aux camarades interpellées samedi, un rassemblement spontané s’est formé devant le CRA de Hendaye qui sert de commissariat improvisé (pour info dans la nuit de samedi il y avait une trentaine de gardés à vue à Hendaye et une dizaine à Bayonne). Sur cette quarantaine de gardés à vue, le collectif antirep a appris qu’une petite dizaine avaient été libérés, certain-e-s avec des convocations pour des procès ultérieurs qui auront lieu à partir du mois d’octobre au TGI de Bayonne.

Hendaye, 13h30

17h. A Bayonne, une centaine de personnes se sont rassemblées autour de la mairie pour un rassemblement sauvage, quadrillé par les flics.

19h. On nous signale plusieurs arrestations dans le quartier des Halles près de la cathédrale dans le petit Bayonne. Apparemment des interpellations prétextes, les flics cueillent les gens comme ça au hasard presque pour justifier l’énorme dispositif policier déployé pour ces quelques jours de contestation.

23h. Bilan du collectif antirep. Une dizaine d’interpellations, dont sept autour de la nasse de Bidart — la plupart on été libérées dans la soirée, ensuite à Bayonne, et autour du camps de Hendaye. Les premières comparutions auront lieu lundi à Dax pour deux camarades arrêtées mercredi dernier, quant à celles devant se dérouler à Bayonne, aucune audience n’était signalée lundi matin, alors que le tribunal avait réquisitionné pas moins de 3 salles d’audience pour assurer le boulot…